DVD + CD – Arambole Experience : Volume 2 + vidéo

Un double article pour un projet très spécial initié par Ozore Age. Jean Daniel et Barney nous parle du concept Arambol Experience Volume 2 dispo depuis début décembre dans un coffret CD et DVD.

LE CD : Arambol, un beau projet sur la musique indienne

nelio.jpg Arambol est une ancienne ville de pirates en Inde, coupé de Goa par des rivières, que Chris, le producteur du projet, qui voyage en Inde depuis 1973, a découverte. Là-bas, les Hippies vivent en harmonie avec les autochtones, se rejoignant sur des intérêts communs. Cependant, souvent les hippies vont et viennent à leurs fêtes, tandis que la population indienne locale vit dans la misère et souffre de la faim. En prenant le nom du village, en accord avec la population et le maire de la ville pour le projet, qui comporte un film et un disque, Chris a aussi œuvré pour le développement local de la région et de la population locale des indiens, qui grâce au buzz produit sur internet et par ses produits culturels, est passé de 200/300 à 1800 visiteurs et touristes.

Leur musique peut être vue comme un voyage fantasmatique en Inde. Avec “Tribal Tan” un bon exemple de musique indienne traditionnelle modernisée, on arrive dans l’Inde millénaire: sitar, chanteuse émouvante à la Lakhshmi Shankar aux vocaux rythmiques sur le “tan” et tablas, le tout déjà électroniquement modifié, par des nappes électroniques plus inquiétantes. On rêve, et quelque chose, déjà, n’est plus qu’un mirage dû à la chaleur.

KUNDALINI.jpg Le voyage continue avec “Goatika Liquidsound delivery” encore positif, façon psychédélique, une constante à Goa, avec les guitares électriques plus Rock pour évoquer l’époque où les Stones, Beatles, Jerry Garcia du Greatfull Dead et d’autres hippies avec séjournèrent à Goa dans les années 70s. Mais il y aussi un côté plus moderne à la Mukta dans l’accord entre voix et instruments traditionnels indiens ou qu’est le meilleur groupe à avoir mixé Inde, Funk et Jazz, voire électro par les remixes.
“Be Lazy” s’inspire du fantasme de la “glande” et de la drogue des hippies de Goa qui suivirent “Les chemins de Katmandou” dans les années 70s et de leur hédonisme qu’on a souvent critiqué, avec d’intéressants vocaux pop/trad sur une rythmique électro. Ensuite ça tourne en effet carrément au cauchemar nocturne “electro dark” avec “Unknown World”.
La transe se fait “trance” avec la Techno qu s’empare du mot Goa sur l’ambiant de “Hippy Chic Jamile”, mais en gardant dans cette “Jam”, comme celle auxquelles Chris a pu assister, l’authenticité traditionnelle d’un sitar improvisant sur le beat. La voix revient avec le sitar dans “Electron Dub”, où l’on croit entendre la chute des atomes derrière le voie d’une méditation en position du Lotus.

Bref, l’Inde d’hier et d’aujourd’hui, tant musicalement que par ses retombées économiques sur la région, qui en font plus encore un projet généreux à soutenir et à suivre.
Par Jean Daniel

Le DVD : Arambol Experience Vol 2

DUMEE.jpg Je vous avouerai que j’y allais un peu a reculons à l’idée de parler d’un projet sur Goa ! Le boom boom trançouille des 90’s ayant laissé des marques ! Que nenni ! Le projet Arambol Experience n’est rien de tous çà… Cette expérience est née il y a quelques années avec Chris et Marie dans le but de capter l’énergie si caractéristique de cette partie de l’Inde (Arambol est un village de pecheurs de la province de Goa) connue depuis l’avènement du mouvement hippi et du psychédélisme des 60’s et 70’s. Arambol Expérience permet aussi de composer une musique fusionnelle entre tradition indienne et une électro acoustique ou l’on peut aussi bien entendre une guitare, une sitar, des violons… se mêlant a une programmation ambient, tribale, dub ou breakbeat. On est donc très loin de la trance avariée…
Le film réalisé par Marie Börsch montre l’ambiance on en peut plus chaleureux de l’enclave de Goa, Depuis l’hospitalité des autochtones comme de l’importante communauté d’occidentaux venus s’y installer pour la meilleure qualité de vie. Images de jams-sessions depuis le Cocoloco, le Surf café ou le White Pyramid, des bars installés sur la plage, du carnaval d’Arambol, concert improvisé de Kundali Airport (mené par le français expatrié Paco), de séances d’enregistrements, notamment avec Sandyot, chanteuse indienne qui pose sa voix sur des bidouilles électroniques de Donia (Loan) et Dume (Otisto 23)… Et puis il y a toutes ses prises de vues ou douceur de vivre et couchés de soleil font figures de carte postale. Et pendant ce temps là, il pleut dans ma Normandie natale ! Pfffff…
Par Barney

Clip Tribal Tan

Barney

De sa Normandie natale, Barney taquine les platines depuis une quinzaine d’années. Il a pris de plein fouet l’avènement de la techno et de la house dès la fin des 80’s. Influencé par tous les grands protagonistes du genre (Derrick May, Kevin Saunderson, UR, MAW...), il se prend un claque à l’écoute de Radio Nova à la grande époque des Novamix ! Il jubile sur les sons de Laurent Garnier, Loïc Dury, Gilb’r, Dimitri From Paris, Dee Nasty, Lord Zelko, Volta... Mais c’est Gilles Peterson et son ‘Worldwide’ qui va faire effet de détonateur sur le DJ normand dans la façon de penser ses sets, façon ‘selecter’. Pouvoir mixer de la deep-house avec un classique rare-groove, de la drum&bass ou enchaîner sur du jazz abstrait... Liberté d’action, mais aussi le besoin de faire découvrir tous ces sons. Côtoyant les producteurs Wax Tailor et Laurent Collat (de Vernon comme Barney), il continu d’engranger du vinyles... Après avoir chroniqués des disques pour Only for DJs pendant 10 ans et diverses ’résidences’ de DJ Selector sur Evreux ou Vernon, Barney est aujourd’hui résident au Shari-Vari (Bar-Concert situé à Rouen) pour les session ELECTRO LIBRE. Une déclinaison est en préparation au Point-Bar de Vernon.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!