Comment le jazz a influencé le hip-hop ?

Depuis plus d’un siècle, le jazz joue un rôle majeur dans la formation de la musique. Il y a peu de genres musicaux aujourd’hui qui ne doivent pas leur existence au jazz. Le jazz a eu une influence déterminante sur le hip-hop en particulier.

Mais d’où vient-elle et pourquoi a-t-elle été si influente ? 

Le mot “Jazz” est apparu pour la première fois en 1913. Bien que le ragtime ait évolué vers le jazz au cours des deux décennies qui ont suivi, son influence se fait encore sentir dans la chanson “Glory” de John Legend et Common, qui est la chanson thème du film “Selma” sur le mouvement pour les droits civiques. “Glory” a remporté l’Oscar de la meilleure chanson originale aux Academy Awards 2015. 

Au fur et à mesure que les artistes du ragtime ont commencé à expérimenter le freestyling au cours des deux décennies suivantes, le jazz a progressivement pris forme. Le piano était le principal instrument utilisé à cette fin, et bien que les artistes utilisaient la musique en feuilles pour certaines parties de leurs prestations, ils faisaient souvent des solos en style libre.

C’est ce qui a permis l’invention du “scat”, un médium vocal difficile qui se prête bien au rap freestyle d’aujourd’hui.

L’évolution du jazz

La musique swing était la prochaine étape de l’évolution du jazz. Les orchestres de swing réunissaient plusieurs musiciens de jazz pour se produire devant des auditoires blancs ou les musiciens n’avaient souvent pas le droit d’être condescendants.

Le Bebop est apparu dans les années 1940, avec des harmonies complexes et un tempo rapide. On l’appelait souvent “Jazz pour intellectuels” parce qu’il était beaucoup plus compliqué que le jazz freestyle des décennies précédentes.

“Stronger Than Me” d’Amy Winehouse est un exemple moderne de l’ère bebop. 

La musique latine et afro-cubaine est née du bebop dans les années 1950. Caractérisée par les percussions, elle était une descendante directe du ragtime et du swing. Gloria Estefan s’est inspirée de la musique afro-cubaine dans les années 1980 pour régner sur le monde pop, et le “Addicted to You” de Shakira d’aujourd’hui doit aussi ses racines à ce genre de musique.

Le Free Jazz a dominé les années 1960, et des artistes comme Jimi Hendrix et Carlos Santana ont fait parler d’eux au fil des règles strictes des sous-genres précédents qui se sont évaporées. “I Don’t Trust Myself” de John Mayer puise ses racines dans ce style de jazz. 

Dans les années 1970, le jazz évolue vers une musique de fusion caractérisée par des riffs de guitares durs. La chanson à thème Taxi de Danny DeVito est un parfait exemple de ce style de musique. Le style peut encore être retracé jusqu’au “Money Grabber” d’aujourd’hui de Fitz et les Tantrums. 

Le jazz s’est modernisé dans les années 1980 et 1990 avec l’arrivée des synthétiseurs. Cela a coïncidé avec l’émergence du hip-hop. A Tribe Called Quest, Jungle Brothers, NWA et Tupac Shakur ont tous goûté au jazz dans leurs chansons pour rendre directement hommage à leurs racines musicales.

L’influence du jazz sur le rap

C’était aussi l’époque de la musique où les artistes hip-hop ont commencé à s’attaquer directement aux problèmes sociaux dans leur musique en plus du rap, de la danse et du DJing. 

A Tribe Called Quest a apporté au hip-hop une sophistication jazzy. Q-Tip, le frontman de la tribu, a grandi dans un foyer ou ses deux parents collectionnaient des disques de jazz. Il a dit à Spin que le jazz et le hip-hop sont des créatures de culture et de politique. Il y a une politique qui existe.

danYdan

Activiste chevronné, danYdan est le fondateur du webzine Drum-bass et de la podcast Timeless Inspiration qui diffusent à grand renfort de vinyles des sons allant du broken beat au future jazz en passant par la drum & bass.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!