Domu was here

Domu de Bedford

domu-2.jpg J’ai apprécié sur son MySpace le groove funky et la voix Soul de “Springbreak” ainsi que ses percussions finales. Je l’ai passé deux fois dans mon émission, lundi mon ingé son n’a pas apprécié et l’a donc mixé avec un appel aux dons de l’humoriste juif Popeck (“Si vous avez des amis qui paient l’ISF, c’est déduit des impôts!”).

“Tickless Dub” est plus marrant dans ces diodes sur fond de claviers dreamy. On voit la composition, construction intéressante, ce qui n’est pas le cas de tous les DJs. J’ai mieux aimé la voix Soul masculine (est-ce la sienne?) au texte sensuel “d’Erasing Time”, sur une bonne basse disco. Pour les instrus “Edna Beat” est aussi bien funky par sa guitare et base disco, se voix electros et exotique aux bonnes basses lounge chill out.

domu_remixes-2.jpg Mais le meilleur est “Rep Inrumental”, un vrai chef d’oeuvre dégoulinant de claviers souful sensuels 70ies à la Stevie Wonder ou backing de Marvin Gaye. Même s’il leur a piqué, il a rajoutés des envolées de cordes. Après ça se gâte en Tech/Jungle avec “Odissey” et “Wha’s Your Number ?” mais je suppose que ça doit faire danser en boîte si on aime et recherche le « Bounce ». Avec “Cos You’re Domu”, on retrouve les claviers sweet et les voix soul en échos et une belle construction sonore qui finit en percussions ethno-electro. Enfin, le remix “Faster Than The Sun” bénéficie de l’orchestration la plus riche avec voix soul profonde, des percus-lectro, disco basses jungles space, piano martelé et cuivres modifiés à l’unisson riffés et un beau solo de saxophone. Mais là encore une belle construction.

L’article de son dernier album “One Offs, remixes & B Sides” par Tal Stef

domu-3.jpg Pour ce qui est de la soirée du 07 mai dernier au Rafiot à Strasbourg peut-être Domu a-t-il montré sa culture funky/groovy pour s’accorder avec G Phil, mais aussi de la pop anglaise (le générique de pub du “Grand Journal” de Canal +) plutôt que ses dons de compositeur/arrangeur/rexeur envoûtant qui certes ne sont pas son aspect le plus dansant.
A la fin Maude (Maudyte alias Loan Minelli, une petite DJée super sympa) est descendue danser du bar en haut où elle bosse pour s'”allumer” au bar à la flamme des cucarachas. Je lui ai dit que je ne voulais pas empêcher l’allumage décollage de deux beaux yeux comme les siens qui pour moi sont déjà deux belles étoiles. Il paraît que “seuls ses amis voient ses yeux”. Quand elle dansait ça lui faisait un côté alouette ou hirondelle.

domu-4.jpg A la sortie au petit matin il pleuvait à verse. Pablo Valentino et Maude, qui n’avaient pas de parapluies, ont passé la tête dans des sacs poubelles pour se protéger de la pluie. ça m’a donné l’idée d’un péplum post-climatique : Les hommes errent dans un monde de détritus qu’ils ont fait de la terre, une grande décharge à ciel ouvert. Des fous trouvent des livres et se prennent pour Jules César, Caligula, dans des décors désolés à la Mad Max. Domu pourrait faire Néron ou Pétrone du Satyricon avec sa perruque jaune de My Space mais ne la portait pas. Au moins ça ne la pas changé du crachin de North London.

Moonstarr à Strasbourg

Jean-Daniel

Animateur des émissions "Jazzology" ( tous les Jeudis de 21 à 22h) et de "Terres Tribales" (Musiques traditionnelles lundis 11 h 30-12 h 30) sur Radio Judaïca 102.9 FM Strasbourg : Jean Daniel nous parle de musique, celle qu’il apprécie : le Jazz, et sous toutes ses formes, en tous styles.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!