L’album de Flying Lotus “Cosmogramma”

flying-lotus-1.jpg Vite, je dois écrire cette chronique le plus vite possible avant que l’envie me passe. Cet album tourne en boucle dans mes oreilles depuis à peine 24 heures et je l’adore déjà. Il aura fallu l’insistance appuyée de mon ami Ju (décidément dans tous les bons coups musicaux) pour y jeter une oreille et ne plus la décoller depuis.

La vidéo de Flying Lotus : “Recoiled”

Flying Lotus est, lui, allé créer autre chose: une œuvre, tout simplement

flying-lotus-2.jpg FlyLo on connait un peu ici depuis ma chronique hasardeuse de “Los Angeles” à l’été 2008. Il est toujours le neveu d’Alice Coltrane et son truc, c’est toujours l’abstract Hip Hop expérimental et perché. Il a aussi récemment produit trois morceaux pour l’énorme “Blackmagic” de José James en étant un peu décevant (même si un morceau comme “Code” possède quelque chose d’assez fascinant).

Bref, oui, pas un grand enthousiasme pour votre serviteur à l’heure d’écouter “Cosmogramma“. Il y en a un peu marre de tous ces producteurs qui produisent des albums instrumentaux, tout le temps, sans vraiment conceptualiser la chose et tomber, donc, très souvent dans l’ennui. Flying Lotus est, lui, allé créer autre chose: une œuvre, tout simplement.

flying-lotus-3.jpg Ce disque est réfléchi, pensé et préparé avec un grand soin et on retrouve donc une grande homogénéité tout le long de ces 18 pistes. A ce niveau là, il est compliqué de parler de Hip Hop ou même d’une forme musicale connue, on se retrouve dans des ambiances électroniques complexes et fascinantes, flirtant parfois avec la Soul (“Zodiac Shit”) ou l’Electro Ambiant (notamment sur le monumental “Do The Astral Plane”).

Les premières écoutes sont un peu laborieuses, tout ça semble quelque fois partir dans tous les sens et parait un peu trop bruyant mais, en insistant, on découvre un album très construit, un voyage en plusieurs étapes vers des ambiances psychédéliques et folles. Tout ça est bien trop sublime pour être décrit et démonté pièce par pièce. A un moment, il s’agit de franchir le pas, d’écouter et de se laisser porter.

Jusqu’ici, j’avais un peu de mal à comprendre la hype Flying Lotus, plus maintenant.

Soul Brotha

Etudiant marseillais de 21 ans, féru de Hip Hop (français d’abord puis américain) depuis ses 12 ans. Il découvrit véritablement la force et la créativité de cette musique lors de l’écoute de "Black On Both Sides" de Mos Def. Depuis, il a élargi ses gouts, s’ouvrant à la Soul, au Jazz ou au Rock mais aussi au Broken Beat ainsi qu’au Future Jazz. Parmi ses artistes et groupes favoris, on trouve Pete Rock, A Tribe Called Quest, Miles Davis, 4Hero, Incognito, Roy Ayers, Micatone ou encore DJ Spinna... Aujourd’hui, il chronique disques et concerts pour tenter de faire connaitre ce qui mérite de l’être dans le petit monde de la Musique.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!