Theory Hazit : Extra Credit

Nourrit de funk et de hip hop des la petite enfance, gangster repentit, beat boxer à ses premières heures puis rappeur-producteur au sein des Scribbling Idiots, Theory Hazit livre une synthèse de son parcours avec un premier album solo. « Extra Credit » se réfléchit depuis trois années et c’est sous l’impulsion de son pote Braille que le projet se concrétise en 2007, s’offrant, au passage, le luxe de réveiller le label mythique Superrappin. Et la nostalgie ne s’arrête pas ici. Le mc de l’Ohio conçoit le rap comme il se faisait à l’époque du fameux âge d’or, cela transpirant titres après titres dont ‘Decisions ‘, ‘Out with a bang’, les excellents ‘Mrs Hazit’ et ‘Dumb Dunces’, ou ‘Emit Gninrut’ sur un air de déjà vu. Une forte dominante jazzy rappellera à beaucoup quelques recettes estampillées Talib Kweli, évidente sur ‘Gossip Synopsis’ et ‘T. Minus Ten’. Un hommage à Quas sur ‘Just another day’ et la leçon d’école titrée ‘After School Special’ ne feront qu’enfoncer le clou sur un lp qui se veut résolument héritier direct des 90’s.

Sebb

Premier émoi musical pour Sebb devant un mange disque avec les 45T ‘Radioactivity’ de Kraftwerk et ‘Pop Corn’ de Hot Butter. Le classique, Bob Marley ou Radio Nova ont également bercés son enfance jusqu’à la découverte du hip hop via Public Enemy ‘Fear Of A Black Planet’, LL Cool J ‘Walking With A Panther’, les k7 des fameux Deenastyle, l’émission mythique Rapline, etc… Culture urbaine majeure dans les 90’s, celle-ci semble être celle qui lui convient, au point de tenter la rime puis la danse très sommairement. C’est en 1996, âge d’or du rap, que Sebastien assimile le fonctionnement de cette musique qui puise ses larges sources dans un carrefour des cultures où se croisent jazz, soul, funk, électro ou bandes originales de film.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!