Cesaria Evora, la diva aux pieds nus a tiré sa révérance

Les musiques du monde ont perdu l’une de ses plus belles voix ! Samedi 17 décembre, Césaria Evora nous a quitté a l’âge de 70 ans. Certes, l’annonce de l’annulation de sa tournée en septembre dernier pour ennuis de santé et fatigue générale ne laisser présager rien de très bon, sa mort nous a tous surpris.

a-150-5327-1105044777_1_.jpg

Le parcours de Cesaria est atypique, née en 1941 dans son archipel du Cap-Vert si cher a son cœur d’une mère cuisinière et d’un père guitariste. Au décès de celui-ci elle sera envoyé a l’orphelinat. A l’âge de 17 ans elle commencera a chanter la morna style musical plutôt lent et chargé de tristesse dans les bars et les bals populaires de l’île jusqu’à signer ses premiers 45 tours… Mais sa vie reste modeste auprès de sa mère et ses enfants.

En 1975 lors de l’indépendance du Cap Vert, chanter la morna est très mal vu, le genre étant considéré comme colonialiste, du coup Cesaria arrête de chanter jusqu’en 1985 !

r-150-2423183-1323291311_1_.jpg

C’est en 1987 que Cesaria rencontre José Da Silva, une collaboration qui durera jusqu’à ce jour ! Elle peut enfin débuter une carrière digne se nom, son premier album ‘La Diva Aux Pieds Nus’ contenant l’entraînante coladeira ‘Bia Lulucha’ sera un succès. La sono mondiale bat son plein notamment a Paris, Cesaria joue guichet fermé au New Morning…

En 1992, sort l’album “Miss Perfumado” qui contient ‘Angola’ et ‘Sodade’, c’est par cette reprise de Bonga que Cesaria devint mondialement connue ! Un succès qui continuera sur plus de 15 ans… émaillé de tournées et concerts dont l’Olympia ou le Grand Rex !

Voici quelques albums :

1995, l’album ‘Cesaria’ contenant ‘Petit Pays’

1997, l’album ‘Capo Verde’ d’où est issu la 2ème version de ‘Sangue de Beirona’ (l’original datant du début des 60’s )

1999, l’album ‘Cafe Atlantico’ avec ‘Carnaval de Sao Vicente’ et ‘Nho Antone Escaderode’

2004, l’album ‘Voz d’Amor’

2009, son dernier album studio ‘Nha Sentimento’

Au total plus de 4,5 millions de disques vendus dans le monde (dont 2 en France).Cesaria a reçu 2 victoires de la musique en 1999 et 2004 !

r-150-158990-1315759121_1_.jpg

Les versions originales sont inégalables et avoir vu Cesaria sur scène reste une belle et inoubliable expérience. Elle a toujours chanté pieds nus en soutien aux gens de pauvres conditions (d’où elle venait ) et aux sans abri. Une prestance qui forçait le respect et comme le fait de rester debout sur scène l’a fatiguait il y avait toujours une chaise et une petite table ronde de bar qui lui permettait de soulager ses jambes, fumer une cigarette et boire un verre pendant que ses musiciens improvisaient !

Dès 1997, la scène électronique transfigura les titres de Cesaria en bombes a dancefloor. Ainsi sous les mains expertes de François Kevorkian et Joe Claussell, ‘Sangue de Beirona’ ou encore ‘Carnaval de Sao Vicente’ en 1999 devinrent des standards deep house !

En 2003, sous la houlette de Gilbert Cohen (Versatile) sorti le double album ‘Club Sodade‘ contenant des remixes par la crème des djs et producteurs internationaux, Carl Craig, Kerri Chandler, Pepe Bradok, Château Flight, Rork, FK, Osunlade, Senor Coconut… sur le label Versatile.

Voilà en quelques lignes un hommage à cette artiste aimée du public français !

Barney

De sa Normandie natale, Barney taquine les platines depuis une quinzaine d’années. Il a pris de plein fouet l’avènement de la techno et de la house dès la fin des 80’s. Influencé par tous les grands protagonistes du genre (Derrick May, Kevin Saunderson, UR, MAW...), il se prend un claque à l’écoute de Radio Nova à la grande époque des Novamix ! Il jubile sur les sons de Laurent Garnier, Loïc Dury, Gilb’r, Dimitri From Paris, Dee Nasty, Lord Zelko, Volta... Mais c’est Gilles Peterson et son ‘Worldwide’ qui va faire effet de détonateur sur le DJ normand dans la façon de penser ses sets, façon ‘selecter’. Pouvoir mixer de la deep-house avec un classique rare-groove, de la drum&bass ou enchaîner sur du jazz abstrait... Liberté d’action, mais aussi le besoin de faire découvrir tous ces sons. Côtoyant les producteurs Wax Tailor et Laurent Collat (de Vernon comme Barney), il continu d’engranger du vinyles... Après avoir chroniqués des disques pour Only for DJs pendant 10 ans et diverses ’résidences’ de DJ Selector sur Evreux ou Vernon, Barney est aujourd’hui résident au Shari-Vari (Bar-Concert situé à Rouen) pour les session ELECTRO LIBRE. Une déclinaison est en préparation au Point-Bar de Vernon.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!