Aesop Rock – None Shall Pass

En ce jour de rentrée, Def Jux est le premier à ouvrir les portes. Misant sur ses valeurs sures, le label nous envoie Aesop Rock pour une leçon nommée « None Shall Pass ». Sur ce cinquième chapitre, le géant New Yorkais est entouré de Rob Sonic, El-P et de son habituel complice Blockhead. La formule d’Aesop reste toujours la même dans les thèmes abordés comme dans la façon de les confesser, avec un phrasé longiligne qui le caractérise depuis ses débuts. Des machines de musique guerrière toujours aussi prédominantes, assaisonnées de quelques instruments criards qui traversent l’oreille ici et là. Le changement notable est un virage franc vers des mélodies plus émotives, plus évidentes à l’écoute. Une sorte de dépression mélancolique qui, finalement, fait la force de cet opus.

Sebb

Premier émoi musical pour Sebb devant un mange disque avec les 45T ‘Radioactivity’ de Kraftwerk et ‘Pop Corn’ de Hot Butter. Le classique, Bob Marley ou Radio Nova ont également bercés son enfance jusqu’à la découverte du hip hop via Public Enemy ‘Fear Of A Black Planet’, LL Cool J ‘Walking With A Panther’, les k7 des fameux Deenastyle, l’émission mythique Rapline, etc… Culture urbaine majeure dans les 90’s, celle-ci semble être celle qui lui convient, au point de tenter la rime puis la danse très sommairement. C’est en 1996, âge d’or du rap, que Sebastien assimile le fonctionnement de cette musique qui puise ses larges sources dans un carrefour des cultures où se croisent jazz, soul, funk, électro ou bandes originales de film.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!