Sa-Ra Creative Partners – Nuclear Evolution + vidéo

Dans la famille artistes sous-cotés, je demande Sa-Ra Creative Partners. Le trio de producteurs est plus que demandé par les temps qui courent (par Erykah Badu récemment) mais finalement assez peu médiatisé, bien loin des Neptunes ou d’autres vedettes des MPCs. Pourtant, l’influence de Om’Mas Keith, Taz Arnold et Shafiq Husayn est significative dans la Soul actuelle. Après “The Hollywood Recordings” (et sa réception finalement assez tiède) en 2007, ce nouvel album est celui qui doit nous dire si le groupe est à la hauteur des attentes.

Erykah Badu & Sa-Ra Creative Partners Live at The Viper Room

sa-ra-2.jpg En effet, on connait le son de Sa-Ra, ce fameux brassage d’influences mêlant ambiances psychédéliques, effluves jazzys et basses funkies et ce copieux double CD porte la formule à un niveau encore jamais vraiment pleinement atteint. Le superbe “Spacefruit”, ode élégante à la délicieuse saveur brésilienne, ouvre un gigantesque melting-pot musical. Ce véritable laboratoire instrumental nous ballote d’une ambiance à une autre sans qu’on s’en rende véritablement compte.

De la Soul élégante de “The Bone Song” (qu’on retrouvait déjà sur l’album d’Aqeel) au uptempo costaud “White Cloud” en passant par l’oppressant “Traffika”, on ne peut pas dire que Sa-Ra est un groupe rébarbatif. Loin, très loin de tourner en rond, le trio originaire de Géorgie nous étale sa large palette de talents, allant même jusqu’au Jazz pur comme le prouve le jam sublime “Cosmic Ball”, sublimé il est vrai par la participation de Gary Bartz.

sa-ra-1.jpg Bref, l’album des Sa-Ra Creative Partners est magnifique et ce n’est même pas une surprise. Lorsqu’on connait le groupe et ses possibilités, on se dit que “Nuclear Evolution” est un album au niveau, tout simplement. Le trio assure tranquillement un second opus amplement meilleur que le précédent qui dépasse aussi sans trop de problème l’ensemble de ce qui a été fait jusqu’ici en la matière pour 2009. Il faudra bien des écoutes et du temps pour en apercevoir toutes les aspérités et en comprendre toutes les subtilités, la durée de vie de ce disque est gigantesque.

On a enfin un candidat pour l’album de l’année, il était temps. Heureusement qu’il y a la pochette pour enlaidir tout ça, c’est ennuyeux un album trop parfait.

-Cet article est aussi disponible sur Soul Brotha Music

Soul Brotha

Etudiant marseillais de 21 ans, féru de Hip Hop (français d’abord puis américain) depuis ses 12 ans. Il découvrit véritablement la force et la créativité de cette musique lors de l’écoute de "Black On Both Sides" de Mos Def. Depuis, il a élargi ses gouts, s’ouvrant à la Soul, au Jazz ou au Rock mais aussi au Broken Beat ainsi qu’au Future Jazz. Parmi ses artistes et groupes favoris, on trouve Pete Rock, A Tribe Called Quest, Miles Davis, 4Hero, Incognito, Roy Ayers, Micatone ou encore DJ Spinna... Aujourd’hui, il chronique disques et concerts pour tenter de faire connaitre ce qui mérite de l’être dans le petit monde de la Musique.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!