Ohno – Exodus into Unheard Rythms

Voici le retour d’Ohno et une nouvelle escapade pour le label Stones Throw qui ne cesse de multiplier les sorties de qualité.

Voici le retour d’Ohno et une nouvelle escapade pour le label Stones Throw qui ne cesse de multiplier les sorties de qualité. Cette fois ci, c’est avec l’album “Exodus into Unheard Rythms” orchestré par Ohno, rappeur et producteur de talent et petit frère de Madlib. La particularité de cette jolie galette est d’être composer uniquement de samples de Galt Mc Dermot et ceci devrais déjà suffire a emballé le mélomane qui se cache en chacun de nous.
Donc, Ohno ouvre le bal sur l’intro afin de nous prévenir de l’ambiance à venir puis laisse chacun des mc’s s’exprimer au fil des tracks. C’est ainsi que l’on croise Cali Agents, Buckshot, Ag, Lmno, Murs, Vast Aire (Cann Ox) … et, bien sur, ses assoc’ de chez Stones Throw (Med, Roc C, Aloe Blacc, Wildchild, etc..).Tous ce beau monde défilent un par un pour un album qui peine à décoller mais la sauce se relève peu a peu et atteins le niveau que l’on attend d’un tel projet a partir du track 7 “To Be an Mc Reprise”, pour nous frapper du syndrome “coup de tête” tel le petit toutou sur la plage arrière d’une voiture. Et ce, jusqu’au bout de l’album. Coup de coeur pour “Keep Tryin'” feat Roc C and Aloe Blacc (Emanon), “Smile a Lil Bit” feat Posdnuos et “Hank” feat Lmno qui impose un flot calme et posé.
Le résultat est un album de bonne qualité qui ravira amateur de hip hop underground et amateur de Galt Mc Dermot mais on est loin des meilleurs sorties Stones Throw. Album incontournable ou amuse gueule avant le festin Madvillain II (Madlib+Mf Doom) ? A chacun d’en juger.

Sebb

Premier émoi musical pour Sebb devant un mange disque avec les 45T ‘Radioactivity’ de Kraftwerk et ‘Pop Corn’ de Hot Butter. Le classique, Bob Marley ou Radio Nova ont également bercés son enfance jusqu’à la découverte du hip hop via Public Enemy ‘Fear Of A Black Planet’, LL Cool J ‘Walking With A Panther’, les k7 des fameux Deenastyle, l’émission mythique Rapline, etc… Culture urbaine majeure dans les 90’s, celle-ci semble être celle qui lui convient, au point de tenter la rime puis la danse très sommairement. C’est en 1996, âge d’or du rap, que Sebastien assimile le fonctionnement de cette musique qui puise ses larges sources dans un carrefour des cultures où se croisent jazz, soul, funk, électro ou bandes originales de film.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!